Messages

Affichage des messages du mars, 2014

Le luxe

J'ai cherché la définition du mot luxe dans plusieurs dictionnaires en ligne. Chacun d'entre eux faisait référence à celui-ci en évoquant des biens matériels. Le luxe, c'est Chanel, c'est Dior, c'est Hermès. Ce n'est pas de cela dont je voulais vous parler. Après presque huit mois de voyage autour du monde, je ne peux, en ce moment, me payer aucun bien de luxe. Je suis un peu pas mal cassée et il me reste deux mois en Europe à faire. Ne vous inquiètez pas pour moi, de l'argent va rentrer, éventuellement. Mais il reste, qu'en ce moment, je ne peux me payer champagne et caviar dans de grands restos. Nous essayons, bien que ce ne soit pas toujours facile, de ne pas trop vivre au-dessus de nos moyens, dans des pays où la vie coûte souvent pas mal cher.

Ce n'est pas du luxe matériel dont je suis en mesure de vous parler, car je n'y connais rien. Je ne sais distinguer un vrai diamant d'un faux ou un bon cuir d'un mauvais. Du grand luxe, je ne …

Pour supporter le difficile

Je vous écris du café Majestic, un chef-d'oeuvre d'art nouveau, à Porto. Le restaurant où je me trouve porte bien son nom: son plafond est haut, ses murs sont d'un rose vieillot et un très beau piano à queue noir semble attendre qu'un musicien habillé en smoking vienne y jouer une nocturne de Chopin. Des lustres faits de fer forgé, des anges de plâtre rieurs ainsi que d'immenses miroirs entourés de bois massif surplombent des tables couvertes de marbre. Autour de celles-ci sont assis des touristes qui font comme nous, c'est-à-dire goûter à ce qu'a dû être la Porto de la Belle époque du début du 20ième siècle, lorsque les dames venaient au Majestic prendre le high tea, à 3 heures, parées de leur plus beau chapeau. Entre une gorgée de cappucino servi dans de la fine porcelaine et une bouchée d'une exquise pâtisserie portugaise, je me dis que c'est impossible que l'endroit où je me paye la traite royalement (comme l'a fait JK Rowling au moment …

Délivre-nous du mal

J'aime visiter des expositions ou des musées portant sur un artiste en particulier. De cette façon, je sens que je rencontre une personne et que j'apprends à la connaître. J'ai ainsi découvert Degas (ma première passion artistique, à 16 ans), Dix, Chagall, Matisse, Munch, Van Gogh, Rembrandt et plusieurs autres. Certains artistes me fascinent, comme Courbet et Caravaggio, d'autres me frustrent, comme Picasso (j'ai lu la bio de sa xième femme, Françoise Gilot et depuis, je ne suis pas capable de le sentir). J'aime aller à la rencontre de ces génies qui réinventent notre façon de voir le monde.

Durant mes pérégrinations dans les musées, aucun artiste n'a su me toucher autant qu'Antoni Gaudi. Je l'ai rencontré un peu par hasard. Notre guide EF, en 2006, Flora, nous parlait avec des étoiles dans les yeux du Parc Güell. Je me demandais ce qui l'allumait autant. Cela n'a pas pris de temps pour que je comprenne les raisons de son amour pour l'a…