Intimidation

Vous avez ri de moi et non avec moi. Je vous ai entendus prononcer mon nom et quand vous avez vu que j’arrivais, vous vous êtes tus, en souriant. Je me suis assise à ma place. Personne ne voulait travailler en équipe avec moi. J’ai souri, mais en dedans, j’ai pleuré. Étouffée.

Intimidée.

J’ai eu peur et je n’ai pas compris pourquoi. Je ne vous avais rien fait. Je n’étais pas comme vous, mais pourquoi auriez-vous voulu que je ne le sois? Et si je vous avais ressemblé, m’auriez-vous parlé? Je me suis tue et j’ai encaissé. Laissée de côté.

Intimidée.

Je pensais être la seule à vivre ainsi dans mon coin, à toujours me mettre à l’abri de vos silences et de vos regards détournés. Ce n’était pas vrai. Nous sommes des centaines à avoir eu peur. À avoir peur. Certains et certaines d’entre nous ont été battus et n’ont pas été défendus. Sont battus et ne sont pas défendus. Ils se sont tus. Ils se taisent encore. Bafoués.

Intimidés.

Vous ne saviez pas ce que vous faisiez, trop occupés à cultiver votre supériorité. J’étais timide et retirée. C’était facile de m’oublier. Vous auriez pu venir me chercher. Je vous aurais parlé de toutes les chansons qu’il y avait dans ma tête. Je vous aurais aimé. Je ne me dirais pas, encore aujourd’hui, que la vie est toujours plus belle chez vous. Vous vous êtes tus et m’avez laissée de côté. Écartée.

Intimidée.

Sans le savoir, je vous ai peut-être, moi aussi, chassés. Je ne vous ai pas parlé. Je me suis moquée. À mon tour, j’ai voulu montrer ma supériorité. Je vous ai parlé dans le dos, en espérant que vous n’arriveriez pas. Je ne me suis pas excusée. Je vous ai abandonnés. J’ai fait semblant de ne pas vous connaître et j’ai tourné les yeux pour ne pas avoir à vous parler. Désolée.

Intimidés.

Je suis désolée.
Pour moi, pour vous, pour cette jeune suicidée.
Elle a perdu la vie qu’elle avait devant elle. Elle était belle. À 15 ans, je l’aurais peut-être enviée.
Profitons de la vie que nous avons pour cesser toute forme d’intimidation.
Aimons.



Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Belle puce

Ma visite au Salon du livre de l’Outaouais (le SLO)

Le Grand Oral