Rentrer


Comme vous le savez, rentrer veut dire entrer de nouveau. Je dis, depuis quelques années, que je n'aime pas la rentrée. Trop de choses à réintégrer de nouveau. Les horaires stricts, les pannes d'inspiration de lunch le matin, l'insomnie qui revient, la régularité de la vie "normale" qui prend la place de la douce folie estivale. Nouvelle entrée, non pas dans un monde mystérieux à explorer mais plutôt retour vers le familier, le routinier. Dans ma tête, du moins.

Jeune, j'aimais la rentrée et ses odeurs de cahiers Canada et de Prismacolors si
neufs que je ne voulais pas les user, pas tout de suite...J'aimais la sécurité des listes précises de fourniture scolaires à se procurer. J'aimais me promener dans la petite papeterie du Carrefour d'Argenteuil à la recherche du parfait stylo mauve, de la nouvelle sorte d'efface qui sent les fraises, du coffre à crayons assez gros pour contenir toutes mes bebelles de petite fille trop tranquille. J'aimais mon nouveau linge, le vent de septembre et les cahiers d'exercices à remplir, éventuellement.

Septembre, c'était aussi le début des téléromans qui arrivaient à point, après une saison à ne regarder que The Price is Right et les fabuleux films de Jerry Lewis peuplant les éditions de Ciné-quiz. Enfin, Marisol, Une vie, Terre Humaine, Le temps d'une paix et La croisière s'amuse revenaient me faire rêver et pleurer (Ah Luis de Cespédès, Ah Léo Illial!).

Maintenant, les choses ont un peu changé. Pourtant, mes téléromans (Rumeurs, Scrubs) reviennent bientôt et je suis allée au Bureau en gros m'acheter un nouveau cahier Five Stars bleu et des Post-it pastels. Je me suis trouvée de la musique (Cold Play, Moby, Radio-Can) à écouter au bureau, des bonbons Cadbury au chocolat, des Altoids pour l'auto, du thé Chaï à déguster en fin d'après-midi. Je me suis même achetée une nouvelle tasse en spécial au Zellers pour boire mon café. Côté matériel, je suis prête!

Plus important encore, j'ai le goût d'enseigner et j'ai la chance de travailler avec des collègues qui me font sourire. Qu'est-ce qui ne va pas, alors ? C'est comme si je n'avais pas le goût de rentrer dans le rang, après une saison passée à voguer dans tous les sens, à la recherche de l'eau la plus bleue et du pré le plus vert.

Lorsque je dis que je n'aime pas la rentrée, je subis celle-ci. Je veux prendre ma rentrée en mains. Je suis libre de me plaindre. Je suis aussi libre de ne rien faire à ma job, en m'y sentant enfermée. Je peux choisir de me calmer les nerfs, de respirer, de rentrer en faisant bien ma job et en prenant soin de moi. Pas facile...

Rentrer comment? Rentrer dans un nouveau mode de pensée et d'action. Quoi de neuf? Je ne le sais pas encore, ma rentrée va me l'enseigner.

Et vous? Si vous êtes en vacances, répondez-moi plus tard. Si vous êtes rentrés, parlez-moi de votre retour. Je veux savoir si pour vous, la rentrée , c'est un nouveau Woody Allen, le retour des chandails de laine aux couleurs d'automne (même s'il fait encore 32 degrés) ou un supplice à endurer en fermant les yeux et en retenant sa respiration en attendant que ça passe.

Bonne rentrée!

Commentaires

A vrai dire Caro, en ce moment, meme si je suis loin du pays, j'attends avec imaptience ma rentree montrealaise, car oui, c'est ainsi que je l'appelle. Elle n'est pas que scolaire, mais aussi personnelle, c'est une nouvelle vie. Pleins de belles choses m'arrivent, je prends le temps d'en profiter pleinement !
Shanty1 a dit…
Ayayaye...du fond de ma névrose la rentrée c'est tragique et difficile. Je me bats contre je ne sais trop quoi...et puis les choses entrent dans l'ordre et la routine reprend tranquillement sa place.
Caro a dit…
Shanty 1, je te comprends et je suis d'accord avec toi: une fois que le cirque de la rentrée se termine, le mois d'octobre arrive et on apprécie les petites routines sécurisantes. Dans ce temps-là, je me dis souvent "Mais qu'est-ce que j'avais donc à tant m'inquiéter, tout s'est bien déroulé".Et je recommence à m'énerver à la rentrée suivante...
Je t'en souhaite une très belle...et pas trop longue!
claude a dit…
Moi aussi Caro,

J'ai hâte de retourner au travail et de travailler par progamme!

Claude
Sly a dit…
Je sais que les gens comme moi sont impopulaires, mais j'aime beaucoup la rentrée. Aujourd'hui, il faisait frais, ça sentait le cahier Canada... J'ai envie de m'acheter un "jumper" en corduroy pis d'aller aux pommes. Le festival des films du monde, les bières un soir de semaine au Réservoir, les piques-niques avec nos vestes de jeans, pour prolonger l'été. Ça doit être parce que je ne travaille pas dans une école. La rentrée n'est pas si drastique que ça...
claude a dit…
Bon je vais être sérieux...

Je doir avouer que pour moi la rentrée est un moment bénéfique. Habitant à la campagne (dans le sens de habitant) les journée d'été sont remplie de moment de solitude où mon nombril est trop petie pour me satisfaire...

J'ai un besoin de socialisation qui me fait être heureux de revoir les étudiants à l'automne. En fait, ceux-ci me sauvent d'une légère dépression. Je vois la rentrée comme une bénédiction à chaque année.

Si j'avais à trouver un titre de chanson pour décrire la sensation du retour en classe je ne le ferais même pas tellement l'exercice est puéril...

Claude
claude a dit…
J'aimerais bien entendre Michaëlle Jean dire qu'elle trippait sur les cahiers CANADA elle aussi...

Claude
Caro a dit…
Oui, elle pourrait être obligée d'en acheter à sa fille et à toutes les copines de celles-ci, pour la rentrée. Comme ça, on serait certains qu'elle est VRAIMENT une canadienne dans l'âme!
Caro a dit…
oups, celle-ci doir remplacer celles-ci...
claude a dit…
Chère Caro,

Au moins Michaëlle Jean ne doit pas parler la langue de bois.

Claude
Caro a dit…
Non, tu as bien raison. Ce ne sont pas tous les politiciens qui parlent la langue de bois. Certains historiens, par exemple, l'utilisent aussi parfois... d'autres façons.

Une chanson sur la rentrée n'est pas, selon moi, un exercice puéril. C'est plutôt une façon de dédramatiser cette rentrée qui me fait trop peur pour rien. Si t'as de l'inspiration (et je sais que tu es capable d'en avoir), ne te censure pas...

Rappelle-toi plutôt "Je serai..." Tu connais la suite. Une oeuvre d'art.
collègue non identifié a dit…
Je suis avec toi Caro!

Voilà:

"Je serai ton sairien,
Tu ne seras pas le mien,
Je serai ton vaurien,
Tu partiras demain..."

(à chanter sur un air)

Collègue non identifié
Caro a dit…
oui, collègue non identifié, c'est très bien et je ne sais pas du tout qui tu peux bien être...
Caro a dit…
Message pour Sébastien,

Vive Montréal! Je te comprends (et t'envie même un peu) d'aller vivre dans cette ville aussi fascinante! J'espère que tu profites bien de ton voyage

Message pour Sly,

Oui, je comprends le feeling "j'ai le goût de me faire de la gelée de pommes et de m'acheter un beau jumper". J'aimerais tellement ainsi me sentir comme ça. Quand la première semaine de cours sera passée, on va se payer une sortie de la rentrée!
collègue non identifié a dit…
Salut Caro,

Je veux juste te donner des indices pour le collègue non identifié.

1) Je suis un collègue

2) Je ne suis pas identifié

3) Je suis le suel de l'école à parler de conservation d'énergie

4) Je ne parle pas la langue de bois (mais je connais la définition)

Collègue non identifié
Caro a dit…
Je cherche toujours...Je m'en vais regarder Tabou mais je vais continuer à chercher pendant les annonces...
Shanty1 a dit…
Salut Caro,

Effectivement, ce collègue non-identifié est bien mystérieux:)!
Shanty1 a dit…
Sly,

Moi, j'aimerais bien m'acheter des "legs warmer"!

Messages les plus consultés de ce blogue

Belle puce

Ma visite au Salon du livre de l’Outaouais (le SLO)

Le Grand Oral