dimanche, septembre 16, 2007

Bratislava...

Le mot Bratislava ne peut s'ecrire, selon moi, sans points de suspension. Je ne savais pas trop ce qui m'attendait, en arrivant dans cette ville. Dites Berlin et je songe a un mur. Prague? Kafka. Vienne? De la musique et des gateaux au chocolat. Mais Bratislava? Qu'est-ce que c'est que cette idee de venir passer un week end a Bratislava? Je n'en sais rien, meme si je suis ici depuis vendredi soir. J'ai de la difficulte a vous dire. De la les points de suspension...


Je dois vous dire que je ne sais pas beaucoup plus comment decrire cette ville que quand j'y suis arrivee. Nous nous y sommes reposes, c'est certain. Nous avons ri en regardant Slovaque Idol et avons eu la chance de voir de nouveau les succulentes Triplettes de Belleville. Meme traduites en slovaque, leur charme operait tout autant. Mais sur la ville? A part des points de suspension, c'est difficile a dire. Cet amas de chaises qui cache ce qui pourrait etre le plus beau point de vue de la ville resume le mieux ce que je retiens de mon sejour a Bratislava. Ca et la lumiere qui tombe sur ce beau batiment jaune que nous avons apercu, apres avoir parcouru les plus gris quartiers de la ville.

Vous qui prenez quelques precieuses minutes de votre emploi du temps occupe pour me lire, vous ne le faites surement pas pour m'entendre dire que je n'ai rien a raconter sur une ville. Je sens que vous allez bientot decider qu'il y a de bien meilleures facons que ca de procrastiner et vous diriger vers un autre site plus instructif que mon blogue.

Restez un moment, je vais faire de mon mieux et, pour ne pas que vous partiez trop vite, je vais tenter de vous livrer quelques impressions en vrac sur cette ville ou nous avons passe une douce fin de semaine du mois de septembre...

- Dans le Lonely Planet, on dit que Bratislava est la ville de 3 sports: le hockey, le hockey et le hockey. Pourtant, lorsque Mathieu demande a des gars qui ont l'apparence de jocks si la saison est commencee, personne ne semble le savoir et ce, meme s'il fait de tres grands efforts en tentant de mimer un joueur faisant un slap shot. Mais non, pas un gars ne semble etre au courant. Pourtant, on parle de la ville de naissance des freres Stastny. Peut-etre ne leur a-t-on pas pardonne leur passage a l'Ouest? En ne vivant seulement que 2 jours a Bratislava, je crois que je les comprends un peu...
- Il y a 2 parties a Bratislava la schizoide. Celle des touristes est jolie. On y mange de la creme glacee et on y fait des tours de ville en voiture d'antan. La lumiere est belle et il fait bon y boire une delicieuse biere slovaque ou un cafe creme, aussi bon qu'a Vienne tout en etant 3 fois moins cher. Il y a dans cette partie, des cafes new yorkais et meme Andy Wharhol boit un cappucino au grand air.
Dans la deuxieme partie (certains pourraient dire la VRAIE Bratislava), on dirait que le mur de Berlin n'est pas encore tombe. Les rues ne sont pas entretenues et les edifices datent d'une ere communiste ou l'entretien des batiment n'etait pas la premiere priorite. Dans cette partie, les vieux monsieurs sentent l'alcool et les touristes se font rares. Pour votre info, nous vivons entre les deux parties, dans un joli quartier se situant entre la VRAIE ville et sa partie touristique.

- Bratislava compte le plus grand supermarche que j'aie vu de ma vie: un gigantesque TESCO. Quand les locals prononcent ce nom, on entend DISCO et c'est en plein cela, une discotheque de toutes sortes de produits qui nous font perdre, en un instant, toutes les images que nous avons de l'ex bloc de l'Est. Je vous jure que je n'ai jamais vu autant de marques de yogourt de ma vie. Le TESCO est le temple de la consommation et on oublie, pour un instant, que les gens qui y achetent leur pain vivent dans une ville qui n'est pas encore sortie de son ere communiste.

Voila ce que j'avais a dire au sujet de Bratislava. Desolee encore pour le manque d'accent. Je ne fais que commencer a maitriser le clavier slovaque que je le quitterai demain pour le clavier hongrois, qui sera sans doute aussi, comme son pays, rempli de lettres mysterieuses et de points de suspension...