dimanche, août 24, 2008

Vous ai-je parlé de mon nouveau Dell?


Oui, je vous ai déjà parlé de mon nouveau portable Dell blanc-frisson. Je radote un peu, je m'en excuse. Voyez-vous, une semaine après mon achat, je suis toujours extatique d'être arrivée au 21ième siècle. Heureuse de pouvoir avoir accès à la grande toile magique, assise dans la roulotte de mes parents. Contente de pouvoir me connecter gratuitement à Internet dans mon Starbucks préféré (avec lequel j'ai renoué aujourd'hui, en passant). Heureuse de découvrir toutes les fonctionnalités de mon jouet, qui ne me déçoit pas, à date.


Je sais que ce bonheur est bassement matérialiste et sera sans doute aussi passager que l'autonomie de ma batterie. Je sais, je sais. Et je viens de finir le nouveau Eckart Tolle, en plus. Mais je suis quand même contente de vivre à une époque où je peux traîner sans trop de peine une banque d'informations gigantesque. Contente d'avoir les moyens de me payer ce luxe qui, dans mon cas, n'était pas d'une absolue nécessité. Contente d'avoir retrouvé le goût d'écrire et de pouvoir le faire de partout, partout, partout (ou presque!).

En écoutant Espace musique qui présente une émission spéciale portant sur les chansons de Leonard Cohen, je me dis que si ce nouvel ordi peut m'inciter à écrire un peu plus, à être plus motivée à peaufiner mes cours, à enfin mettre de l'ordre dans toutes ces photos prises durant mes derniers voyages, il ne sera pas qu'un jouet, mais bien plus. Je déciderai de ce que je ferai de mon portable. Je peux m'en servir (comme je le fais souvent, je l'admets) pour explorer, un peu compulsivement, mes sites de nouvelles préférés: Cyberpresse et People.com. Je peux aussi aller voir à toutes les deux minutes ce que mes amis font d'intéressant, en consultant Facebook. Je peux aller prendre mes messages hotmail en attendant frénétiquement la nouvelle qui donnera un nouveau sens à ma vie (ou à ma journée). Ou je peux faire comme ce cher Cohen et me renouveler. Aller voir d'autres sites que ceux que je visite habituellement, écrire autre chose, sortir de mon chemin familier. Ajouter des favoris.

Il fait chaud ce soir. ''On a enfin un été'', disent certains. Même si le changement de saison ne se fera pas avant un mois, je sens qu'une nouvelle saison arrive. Dans l'air, dans ma tête et sur mon écran.

Dans le fond, j'aimerais que mon ordi soit outil de liberté, car comme le chante Cohen:


'' Like a bird on the wire,


Like a drunk in a midnight choir


I have tried in my way to be free.''




Aucun commentaire: