samedi, août 13, 2005

Week End


J'aime et je n'aime pas l'expression Week End. Fin de la semaine. Mes week ends se passent souvent de la même façon. Je vous explique le pattern, vous me direz si c'est la même chose pour vous. Le vendredi, je flotte et j'imagine que la fin de ma semaine de 7 jours durera...au moins 15 jours. Je fais des plans, j'imagine de longues marches, des lectures sans fin, des bouteilles de bons vins partagées à la lueur de chandelles achetées à Wakefield, des journaux lus entièrement: Le Globe, La Presse, Le Devoir et pourquoi pas, le New Yorker. Des livres aussi, tiens, on devrait aller faire un tour au Chapters!

J'ai toujours un frisson de soulagement lorsque je traverse le Pont Alonzo Wright, vers 16 h 15 le vendredi. J'aurai du temps pour moi et je l'utiliserai bien ce temps.

Samedi matin arrive. Je me lève tard et je commence à lire un journal. La Presse en premier: ma soeur Sly, Rima, Marc Cassivi, Foglia, les arts, les carrières et professions puis Jean Dion et le cahier Livres du Devoir. Je bois un bon café (cette semaine, Caramello de Second Cup, miam!), sans me dépêcher. Je respire. Avec tout ça, il est 15 h, je n'ai pas fini un seul journal et je commence à angoisser: ma fin de semaine s'en va.

C'est à ce moment que je me dis que je devrais faire des choses, mais pas trop de choses car je ne veux pas que le temps passe trop vite. Je ne veux pas que ma liberté soit trop occupée. Heureusement, des amis viennent souvent faire leur tour ou nous décidons de nous faire un bon petit repas à deux. En sentant les arômes du filet de porc ou des darnes de saumons et en jouant une petite partie d'Arpents de pièges, de Scrabble ou de Mille bornes (riez pas!) tout en continuant à boire du Cabernet Sauvignon en écoutant Macadam Tribu, j'oublie que ma fin de semaine s'enfuie. Je ne fait qu'en profiter. Et c'est ce que je devrais toujours faire, me direz-vous. Mais chassez le naturel...

Malgré toute la bonne volonté du monde, l'angoisse se repointe le bout du nez vers 15 h le dimanche et me poursuit jusqu'au soir et là, la panique prend la place de la douce névrose. La télé me rend alors de fiers services. Elle me permet de fuir, le temps d'une réplique acerbe de Dany Turcotte. Cette trêve est bien momentanée puisque dès que Guy A. nous dit de rester là pour le téléjournal, le mal revient , j'ai peur. De quoi? De perdre le temps. Pas de perdre mon temps dans le sens d'efficacité mais de perdre le temps dans le sens de liberté. Et vous venez de comprendre pourquoi je fais de l'insomnie le dimanche et pourquoi j'ai commencé à écrire ce blogue.

Je vous promets de ne pas trop faire d'entrées de type "Journal personnel" comme celle-ci mais je ne sais pas, je voudrais déjouer la fatalité et ne plus avoir peur. Cette semaine, j'ai tenté d'être bien au travail. J'y suis pas mal parvenue. Là, je voudrais être bien en Week End. J'attends vos suggestions drôles, profondes ou empathiques!

"Mais sachant que ça fera mal, j'ai décidé de changer" D. Bélanger
"Changer pour que l'amour s'étende, des forêts de Shangaï à l'Irlande" Roméo et Juliette

13 commentaires:

Marie-France a dit...

Perdre son temps !? Quel peur tragique! Pourtant moi je trouve que desfois perdre son temps (bien dans le sens de liberté et non d'efficacité) est une des plus grande joie de vivre. Avoir le choix de perdre son temps , de ne rien faire , seulement de s'arreter et regarder le temps passer ... c'est un privilège non?! ... au nombre de gens qui non pas la temps de perdre leur temps ... ou qui ne le prenne simplement pas ...

Caro a dit...

Je suis entièrement d'accord. Je crois que lorsqu'on accepte de perdre du temps, on s'ouvre à des possibilités incroyables: des rencontres inattendues, des beautés insoupçonnées que nous n'avions pas eu le temps de remarquer, lorsque nous étions trop occupé... à gagner du temps!
Mon défi: apprendre à intégrer tout cela, un jour à la fois, en prenant mon temps.

Anonyme a dit...

Les fins de semaine se suivent et se ressemblent. Le temps de ramasser ma douce, on rentre se rafraichir un peu avant de sortir souper. Samedi matin (ou midi, selon le cas), c'est le déjeuner aux oeufs McMuffin maison pour elle, les oeufs pacifique pour lui, café Bodum pour deux, sur la terrasse si possible, la Presse pour terminer le café. Ensuite, c'est la contemplation du reste de la journée, le stress de savoir ce qu'on fait pour le souper, la décision d'attente au dimanche PM pour l'épicerie et débattre si on va au cinoche, si on continue de taponner sur nos PC respectifs, ou si il y aura autre chose.

En matière de préoccupation face au retour imminent au boulot le lundi, ce n'est rien d'agréable, quoiqu'on n'en fasse pas encore un cas d'insomnie (sous réserve de nos tâches respectives). Quand j'apprends dans les nouvelles un événement international qui affecte ce qui peut se passer au travail, c'est certain que j'y pense toujours un peu plus... Quand je regarde la pile de recherches Internet que je me promettais de faire à la maison et que finalement je n'ai pas ouvert mon sac de la fin de semaine, il y a toujours un filet de culpabilité... Mais comme dirait Al Pacino dans L'avocat du diable: La culpabilité, c'est comme un sac de briques. Il suffit de le déposer sur le sol. :)

Caro a dit...

oeufs pacifiques...c'est quoi? ça m'intrigue ce plat...

Anonyme a dit...

Oeufs bénédictines... mais avec du saumon fumé (de préférence, de la Boucannerie Chelsea). Orgasmique, je vous le dis... :)

Marie-France Dompierre a dit...

J'aime bien ton blog caro sa m'inspire a en créer un ... Pourtant la je suis au travaille, sa me permetterais p-e de m'échapper un peu durant ses heures interminables.

MatBeat a dit...

Moi, j'aime bien tes textes écrits dans le style journal personnel. Cependant, il ne me semble pas individuel ou privé. Au contraire, je crois qu'ils rejoigent des émotions que nous avons tous.

Bon samedi à toi!

MFDompierre a dit...

Voila caro je t'invite maintenant sur mon blog tout a moi ;) mfdompierre.blogspot.com j'espere tu apprecieras comme j'apprecie le tiens

Sébastien P. Lafontaine a dit...

Caro, ne trouves-tu pas que ces nuages ressemblenet étrangement à mon pays voisin : le Canada ?! On reconnait l'Alaska à gauche, bien qu'aux États-Unis, la Baie d'Hudson, les prvinces de l'Atlantique et même un certain fleuve St-Laurent ... Marant !

Caro a dit...

wow, t'as raison!!!

Sly a dit...

ma fin de semaine (qui débute le jeudi soir, merci la semaine de 4 jours!) est souvent inaugurée par une bouteille de vin (encore mieux, s'il fait frais!). L'été, c'est réussi si j'ai fait du vélo le long du fleuve et un peu de balcon avec des amis. La terrasse de Ianik et Renée est vraiment géniale pour les samedis soirs "pastas, revels et feux d'artifices".

Hier matin, j'ai lu le Globe à l'ombre au Parc Lafontaine, avec des croissants de chez Monsieur Pinchaud. Vers la fin de la journée, j'ai fait une longue marche sur la montagne, espace béni des Montréalais. T'ai-je déjà parlé des brunchs du Réservoir le dimanche après les cours de yoga? C'est un rituel que j'ai, avec mon amie Renée. Parfois, nous aimons bien prolonger la décadence en allant au Parc Jeanne-Mance pour admirer les mollets des gars qui jouent au soccer....
ouin, c'est pas pire les weekends en ville...
bonne journée de pluie. Je sais que tu apprécies.

Voix a dit...

My weekends aren't nearly as glamorous. I'm often too lazy to cook, I procrastinate on my laundry and ironing until the last minute, and if I'm not working on a specific project, I spend most of my time lollygagging around and feeling guilty about it. Your way sounds so MUCH BETTER.

Blogue magnifique, merci d'etre venue voir le mien.

MatBeat a dit...

L'observation de Sébastien concernant la forme très canadienne de ta photo de nuage me semble pertinente et me force à révéler publiquement que tu as profité du programme des commandites, même si le juge Gomery ne t'a pas pincée. Félicitations.